Galerie

infos pratiques

Passage du Désir
85-87 rue du Faubourg Saint-Martin
F-75010 PARIS
Métro Château d'eau (4) ou Gare de l'est (4, 5, 7)

Tel: + 33 (1) 56 41 36 04

contacts

Miranda Salt
Project Director
miranda.salt@passagedudesir.com

revue de presse
. Le Parisien
15/04/2007
. CB News
16/04/2007
. Matin Plus
19/04/2007
. Shots
23/04/2007
. Le Monde 2
26/04/2007
. Libération
10/05/2007
. Le Figaro
12/05/2007
. Le Monde 1
14/05/2007
revue de presse
LES PHOTOS DU VERNISSAGE

infos pratiques

EXPOSITION
RETOUR SUR LES LIEUX
La spoliation des Juifs à Paris

Cette exposition propose à ses visiteurs une expérience singulière, dont le sujet est le lieu même de l’exposition, un moment de son histoire.

Car l'immeuble du 85/87 rue du Faubourg St Martin, qui abrite aujourd'hui le Passage du Désir ainsi que l'agence de publicité BETC, a eu pendant la guerre un destin particulier. Ancien immeuble Lévitan "aryanisé" par les nazis, il a abrité, entre juillet 1943 et août 1944, un camp de travail dont les détenus, choisis parmi les internés du camp de Drancy, étaient contraints de trier, réparer, emballer, les meubles et les objets pillés par les nazis dans les appartements des familles juives de Paris.

Faire mettre en caisse par des juifs, dans un immeuble pris à un juif, des objets venus d’appartements abandonnés par des juifs partis pour la plupart en camps d’extermination, faire ainsi disparaître toute trace de leur existence et en tirer profit au passage en envoyant ces objets en Allemagne : le lieu jouait son rôle dans la mise en œuvre d’un projet vaste, précis, à la logique implacable.

Parce que l'enfermement des détenus dans l’immeuble a fait l’objet d’une organisation très discrète, le quartier n'en a pratiquement pas conservé le souvenir. Parce que, pour des raisons complexes, les détenus survivants ont très peu parlé après la guerre, l’histoire est restée longtemps méconnue.

Jusqu’à ce qu’en 1998, d’anciens internés et certains de leurs descendants se constituent en Amicale. En novembre 2003, à l’initiative de l’Amicale, deux jeunes historiens, Jean-Marc Dreyfus et Sarah Gensburger retracent l’histoire de ce camp et d’autres lieux de la spoliation dans un livre publié aux éditions Fayard et intitulé « Des Camps dans Paris. Austerlitz, Lévitan, Bassano. Juillet 1943-Aout 1944 » .

Suite:

En 2004, un petit album de photos est identifié dans les archives fédérales allemandes, à Coblence : probablement prises par un soldat allemand, ces 85 photos représentent toutes des lieux où des objets appartenant aux juifs ont été acheminés, stockés, entreposés : Palais de Tokyo, Musée du Louvre, hôtel particulier de la rue Bassano, Gare du Nord, Entrepôts et Magasins Généraux d’Aubervilliers. Mais la plus grande partie de ces photos a été prise dans l’immeuble Lévitan.

On y voit l’arrivée des caisses dans des camions de déménagement, on y voit les piles d’objets, les amoncellements, les accumulations – de vaisselle, de linge, de jouets. On y voit les détenus au travail, entassant, classant, réparant. On comprend que ce que l’on entend par « spoliation des juifs » ne concerne pas seulement les œuvres d’art, les tableaux de valeur, mais aussi de modestes objets de la vie quotidienne - chaussures, ampoules, casseroles, draps. On y voit des notables nazis venus inspecter les lieux et choisir des objets pour eux-mêmes, comme dans un magasin idéal où les plus beaux meubles faisaient d’ailleurs l’objet d’une mise en scène soignée.

Il nous a semblé important que ces photos soient exposées dans le lieu même où elles ont été prises. Comme un juste retour des choses. Un retour sur les lieux.

La rencontre inattendue entre ce qu’est devenu l’immeuble Lévitan aujourd’hui : un lieu voué à la modernité – manifestations d’avant-garde, mode, pub, design – et ce passé très sombre aujourd’hui reconnu, rappelé, respecté, n’est pas le moindre intérêt de cette exposition : elle donne par ailleurs à voir, concrètement, à tout un quartier ce qui lui avait été si soigneusement caché – ou qu’il n’avait pas su ou voulu voir - à l’époque. Et enfin elle pose à l’historien des questions passionnantes sur le rôle de l’image, et plus particulièrement de la photo, dans la connaissance du passé et dans sa perception.

Commissaire: Sarah Gensburger avec la participation de Michèle Cohen, en collaboration avec Jean-Marc Dreyfus

Exposition organisée par l’agence BETC et le Passage du Désir avec le soutien de la Mairie de Paris, de la Caisse des Dépôts, de Havas, de Janvier, de Partizan, et La Fondation Rothschild-Institut Alain de Rothschild en coopération avec l’Amicale Austerlitz, Lévitan, Bassano

 
Le Passage du Désir - chez BETC - 85/87 rue du Faubourg Saint-Martin 75010 PARIS - Tél: + 33(0)1 56 41 36 04